placement

placement

placement [ plasmɑ̃ ] n. m.
• 1616; de placer
1Rare ou région. (Belgique) Action de placer. Le placement des convives autour d'une table. Le placement de meubles, d'objets. installation, rangement.
2(1755) Action, fait de placer de l'argent. investissement. Vous avez fait un bon placement. Placement de père de famille. Fonds commun de placement. Placement à long, à court terme.
L'argent ainsi placé, le capital investi. Revenus d'un placement.
3(1834) Action de procurer un emploi, une place à qqn. École professionnelle qui assure le placement de ses élèves. Vieilli Agence, bureau de placement, qui se charge de répartir les offres et les demandes d'emploi (des domestiques, notamment). — Méd. Placement d'enfants dans un établissement sanitaire ou social. Placement d'un malade mental dans un service psychiatrique. internement. Placement libre, volontaire, d'office.

placement nom masculin Action de placer, de mettre quelqu'un, quelque chose à sa place, en un endroit déterminé ; fait d'être placé, installation, rangement : Le placement des convives autour de la table. Action de procurer une place, un emploi à quelqu'un : Assurer le placement des chômeurs. (Depuis 1967, le placement des demandeurs d'emploi relève en principe de l'Agence nationale pour l'emploi.) Action de vendre une marchandise : Ce produit est d'un placement difficile. Action de placer son argent ; capitaux ainsi placés, investissement. Base essentielle, précise, recherchée dans l'étude des positions de la danse classique, qui met le corps dans la position optimale pour permettre un bon départ de mouvement. Droit Décision d'un juge confiant un mineur en danger à une famille d'accueil ou à un organisme spécialisé. ● placement (expressions) nom masculin Placement d'office, modalité d'internement en hôpital psychiatrique définie dans la loi de 1838 et appelée, depuis la loi de 1990, hospitalisation d'office. Placement volontaire, modalité d'internement en hôpital psychiatrique définie dans la loi de 1838 et appelée, depuis la loi de 1990, hospitalisation sur demande d'un tiers. Placements liquides ou à court terme, placements incluant la quasi-monnaie et les placements dans les Caisses d'épargne ou en bons du Trésor. Titres de placement, titres représentant la participation d'une société dans le capital d'une autre, mais n'impliquant pas une stratégie de contrôle sur les activités de celle-ci. ● placement (synonymes) nom masculin Action de placer, de mettre quelqu'un, quelque chose à sa place...
Synonymes :
- mise en place
Action de vendre une marchandise
Synonymes :
- écoulement
Action de placer son argent ; capitaux ainsi placés, investissement.
Synonymes :

placement
n. m.
d1./d Action de placer de l'argent; l'argent ainsi placé.
d2./d Action de procurer une place, un emploi. Bureau de placement.
d3./d (Belgique) Installation (d'appareils, d'équipements). Placement du chauffage.

⇒PLACEMENT, subst. masc.
A. —[Corresp. à placer1 A]
1. Rare. Action de placer quelqu'un, de lui désigner une place, de se placer (quelque part); p.méton. résultat de cette action, fait ou manière d'être placé. Synon. disposition. Le directeur vint me demander si je ne voulais pas descendre. À tout hasard il avait veillé à mon «placement» dans la salle à manger (PROUST, Sodome, 1922, p.763):
1. Un de ces messieurs procède à notre placement; il tient à la main une grande liste et mêle soigneusement toutes les écoles, séparant le plus possible les élèves d'un même canton, pour éviter les communications.
COLETTE, Cl. école, 1900, p.194.
En partic., vieilli, fam. ou arg. Action de marier sa fille, de la caser. Synon. établissement. Le major, qui les voyait [ses filles] telles qu'elles étaient, pauvres comme Job et point jolies, n'ayant pour elles que leur jeunesse (...) vivrait dans le cauchemar continuel de ces cinq placements difficiles (COURTELINE, Train 8 h 47, Frédéric, 1884, I, p.205).
SPORTS (jeux de balle, de ballon). Art avec lequel le joueur se place et se déplace sur le terrain par rapport à la balle et à l'adversaire (d'apr. PETIOT 1982). L'avant extrême gauche [au football] a une précision de passes et de placement (L'Auto, 28 oct. 1906 ds PETIOT 1982). Le cheminement du ballon commande le placement et le déplacement du défenseur, et c'est par son intelligence en toutes circonstances que le bon joueur sait s'adapter (J. MERCIER, Football, 1966, p.65).
2. Action de placer quelque chose (quelque part); p.méton. résultat de cette action, fait ou manière d'être placé. Synon. disposition, mise en place, rangement. Le vieux soldat connaît l'art de l'agrandir [le sac] quasi miraculeusement par le placement judicieux de ses objets et provisions de ménage (BARBUSSE, Feu, 1916, p.197):
2. Le pain recuit a permis de regarder la lune autrement que comme bracelet-montre très capricieux: grâce au temps à perdre, dont on fait le placement dans l'algèbre de la théorie difficile de ce satellite, on a pu lui donner un mouvement assez raisonnable...
VALÉRY, Mauv. pens., 1942, p.217.
SPORTS (jeux de ballon, de balle, notamment tennis), BALIST. Action de placer la balle (hors de portée de l'adversaire). Au filet il réussit des placements à toute volée (L'Auto, 20 août 1903 ds PETIOT 1982).
[L'obj. désigne une partie du corps] Action de mettre dans une certaine position; p.méton. résultat de cette action. Les variations de pression à donner à l'archet sur la corde (...) nécessitent un placement des doigts variable sur la baguette (LALLEMENT, Dyn. instrum. archet, 1925, p.23).
DANSE CLASS. ,,Base essentielle, précise, recherchée dans l'étude des positions de la danse classique, qui met le corps dans la position optimale (contraction musculaire au niveau des pieds, des épaules et du bassin) pour permettre un bon départ de mouvement`` (GDEL).
B. —[Corresp. à placer1 B]
1. DR. DU TRAV. [Corresp. à placer B 2 a] Action de procurer un emploi, une place à quelqu'un (en le présentant à l'employeur); ,,rapprochement de l'offre et de la demande d'emploi`` (Jur. 1981). Assurer le placement des élèves diplômés. Placement de la main d'oeuvre, des chômeurs, des demandeurs d'emploi, des travailleurs; placement en apprentissage. Le placement public jouit en principe d'un monopole (Jur. 1981). Un agent de placement pour les domestiques agricoles (A. FRANCE, Orme, 1897, p.89). Ne doivent être considérées comme placements que les opérations d'embauchage pour lesquelles il pourra être apporté la preuve que l'employeur a accepté l'ouvrier présenté par le bureau (Code du Travail, 28 mars 1922, t.1, art. 13, p.346).
Agence, bureau de placement (vieilli). Établissement public ou privé et p.méton. ensemble des services de la main d'oeuvre chargés de trouver des postes rétribués d'embauche à des employés, à des ouvriers. Synon. usuel Agence Nationale pour l'emploi (A.N.P.E.). Enfin les domestiques! (...) Changés tous les huit jours au gré du bureau de placement qui les envoie là faire un stage pour les places sérieuses (A. DAUDET, Nabab, 1877, p.196). Il avait organisé chez lui une sorte d'agence gratuite de placement. Sa journée se passait en visites de pauvres, de courses, en démarches (GIDE, Si le grain, 1924, p.512).
2. a) Action de mettre quelqu'un pensionnaire. Placement en nourrice. L'Abbé (...) était venu rien que pour ça, s'évertuer au placement de la mère Henrouille (...) chez les Soeurs en province (CÉLINE, Voyage, 1932, p.421).
b) Spécialement
) PSYCHOPÉDAG. MÉDICO-SOC. Mesure consistant à confier un mineur à une famille d'accueil ou à un établissement collectif spécialisé (d'apr. MARCH. 1970). Placement d'enfant; placement en internat; placement familial (spécialisé, de vacances); placement temporaire. Une heure durant, les prières, les sommations, les menaces de placement en maison de correction se succèdent (H. BAZIN, Vipère, 1948, p.197).
) MÉD. PSYCH., ADMIN.
Placement d'office. Mesure d'internement prise par une autorité administrative (préfet, maire, commissaire de police) à l'encontre d'un sujet dont le comportement a été constaté par les médecins comme dangereux pour lui-même et pour la société (d'apr. MOOR 1966 et CARR.-DESS. Psych. 1976). On va vous arrêter. (...) «Moi?... moi?... et pourquoi ça?...» Lorie baissait la voix «Folie... séquestration... placement d'office...» (A. DAUDET, Évangéliste, 1883, p.255).
Placement volontaire. Résultat ,,d'un accord entre le médecin et la famille ou l'entourage du sujet, qui demande son admission dans un milieu spécialisé, régi par la loi de 1838`` (CARR.-DESS., loc. cit.). Le médecin consulté doit prescrire le placement volontaire à l'asile ou dans une maison de santé fermée (CODET, Psychiatrie, 1926, p.49).
C. —[Corresp. à placer1 B]
1. [Corresp. à placer1 B 4] Action de placer, d'écouler (de la marchandise, un stock), de trouver un acquéreur; p.méton. résultat de cette action. Qui a des idées de spéculations massives, qui songe (...) à la planter [une plaine achetée] en pommiers de reinette, calculant une affaire de millions et le placement de ses pommes en Angleterre, en Espagne, en Italie (GONCOURT, Journal, 1868, p.463).
2. [Corresp. à placer1 B 5] Action de placer de l'argent, des capitaux, des valeurs; p.méton. capital ainsi placé. Synon. investissement. Ma fille aura ses trente-six mille francs par an, l'intérêt de sa dot, et je vais faire exiger le placement de ses huit cent mille francs en bons biens au soleil (BALZAC, Goriot, 1835, p.195).
Placements de père de famille. V. père I A 1 a dr.
SYNT. Faire un bon placement, un placement avantageux, sûr; placement financier, hypothécaire, immobilier, mobilier, d'argent, de capitaux, d'épargne, de fonds, à fonds perdu, à l'étranger, en viager, à court, à moyen, à long terme; fonds, taux de placement.
REM. 1. Placement-, élém. de compos. [Le 2e élém. indique comment ou à quelle fin est réalisé le placement; les mots constr. sont des subst. masc.] a) Placement-forêt. Voir L'Express, 12 févr. 1982, p.141, col. 2. b) Placement-loisir. Voir Le Nouvel Observateur, 15 oct. 1979, p.101, col. 3. c) Placement-pierre. Voir Le Point, 19 avr. 1976, p.59, col. 3. d) Placement-plaisir. Voir L'Express, 25 févr. 1983, p.42, col. 1. e) Placement-refuge. Voir Le Point, 19 févr. 1976, p.59, col. 2. f) Placement-vacances. Voir Le Nouvel Observateur, 28 juin 1980, p.11, col. 3. 2. -placement, élém. de compos. [Le 1er élém. indique comment ou à quelle fin est réalisé le placement] a) Diamant-placement, subst. masc. Voir Le Point, 20 août 1979, p.59, col. 2. b) Studio-placement, subst. masc. Voir L'Express, 12 janv. 1980, p.60, col. 2.
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist.1. 1616 «action de mettre en place, de disposer» (D'AUBIGNÉ, Histoire universelle, Préf., éd. A. de Ruble, t.1, p.15); 2. 1755 «action de placer de l'argent» (MIRABEAU, Ami des hommes, t.1, p.147); 3. a) 1790 placement des enfants (Le Moniteur, t.3, p.16, loc. cit.); 1883 placement d'office «internement» (A. DAUDET, loc. cit.); b) 1834 «emploi» bureau de placement (LAND.); c) 1884 «mariage» (COURTELINE, loc. cit.); 4. 1832 «vente, écoulement (de marchandises)» (SAY, Écon. pol., p.138). Dér. de placer1; suff. -(e)ment1. Fréq. abs. littér.:281. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 398, b) 341; XXes.: a) 501, b) 370.

placement [plasmɑ̃] n. m.
ÉTYM. 1578; de placer.
1 Rare ou régional (Belgique). Action de placer; résultat de cette action. || Le placement des convives autour d'une table (Académie). || Le placement des objets dans une maison. Installation, rangement.Techn. || Placement des avions sur les aires de trafic d'un aérodrome.
2 Action de vendre, d'écouler une marchandise. || Denrée d'un placement difficile. Défaite (vx), vente.
3 (1788). Action, fait de placer de l'argent. Investissement, mise (de fonds).Argent ainsi placé, capital ainsi investi. || Revenus d'un placement (→ Grossir, cit. 8). || Placement à revenus fixes, variables. || Faire un bon placement, un placement avantageux. || Placement inconsidéré (cit. 2), solide, sûr, tranquille (→ Client, cit. 7). || Placement de père (supra cit. 13) de famille, bon et sûr.
1 Le vieux monsieur La Bertellière appelait un placement une prodigalité, trouvant de plus gros intérêts dans l'aspect de l'or que dans les bénéfices de l'usure.
Balzac, Eugénie Grandet, Pl., t. III, p. 484.
Fig. (→ Banquier, cit. 5; 1. échanger, cit. 5).
2 Tout peut, un jour, arriver, même ceci qu'un acte conforme à l'honneur et à l'honnêteté apparaisse en fin de compte, comme un bon placement politique.
Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, t. III, p. 73.
4 (1814). Compl. n. de personne. a Action de procurer un emploi, une place à qqn (→ Fond, cit. 13); ensemble des organisations qui ont pour objet de faciliter l'embauchage des employés et des ouvriers. || Agence, bureau (supra cit. 5) de placement. || École professionnelle qui assure le placement des élèves.
3 En rapport à la fois avec les ouvriers en quête d'ouvrage et les patrons en quête d'ouvriers, il avait organisé chez lui une sorte d'agence gratuite de placement.
Gide, Si le grain ne meurt…, I, IX, p. 231.
b Méd. || Placement d'enfants dans un établissement sanitaire ( Hospitalisation) ou social.Placement d'un malade mental dans un service psychiatrique (sous le contrôle de la loi du 30 juin 1838). Internement. || Placement d'office, ordonné par l'autorité publique (préfet); placement volontaire, demandé par une personne de l'entourage du malade.
CONTR. Déplacement, dérangement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Игры ⚽ Нужен реферат?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Placement — may refer to:* Placement (EDA), an essential step in electronic design automation * Placement exam, determines which class a student should take * Favored placement, the practice of preferentially listing search engine results for given sites *… …   Wikipedia

  • Placement — Place ment, n. [Cf. F. placement.] 1. The act of placing, or the state of being placed. [1913 Webster] 2. Position; place. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Placement — (franz.), s. Placieren …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Placement — (frz., spr. plaßmáng), das Aufstellen; Dienst, Anstellung; Anlage, Unterbringung (von Kapitalien etc.), Absatz (von Waren) …   Kleines Konversations-Lexikon

  • placement — index arrogation, assignation, classification, disposition (final arrangement), distribution (apportionment), distribution ( …   Law dictionary

  • placement — (n.) 1835, from PLACE (Cf. place) (v.) + MENT (Cf. ment) …   Etymology dictionary

  • placement — ► NOUN 1) the action of placing or the fact of being placed. 2) a temporary posting of someone in a workplace, especially to gain work experience …   English terms dictionary

  • placement — [plās′mənt] n. 1. a placing or being placed 2. the finding of employment for a person 3. location or arrangement 4. Football a) the setting of the ball on the ground in position for a place kick b) this position of the ball …   English World dictionary

  • Placement — A bank depositing Eurodollars with (selling Eurodollars to) another bank is often said to be making a placement. The New York Times Financial Glossary * * * placement place‧ment [ˈpleɪsmənt] noun 1. [countable, uncountable] FINANCE the sale by a… …   Financial and business terms

  • placement — The transferring of securities to a small group of investors. Bloomberg Financial Dictionary * * * placement place‧ment [ˈpleɪsmənt] noun 1. [countable, uncountable] FINANCE the sale by a financial institution of shares, bonds etc for a company,… …   Financial and business terms

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”